Tâche au compte de service K2 (1/3) : workflow state machine

Cet article fait partie d’une série d’articles qui mettent en avant l’intérêt d’attribuer une tâche au compte de service K2. Ces articles dépendent des K2 Services, je vous invite à jeter un coup d’œil à l’article dédié pour avoir un smartobject associé à la méthode action a task.

  1. Workflow State Machine
  2. Gérer les acteurs externes
  3. Annuler à tout moment une demande

Workflow State Machine

Par définition, un workflow state machine, ou état machine, représente un ensemble d’états, de transitions et d’actions. De telle sorte que chaque état permet l’exécution de certaine(s) action(s) et la transition vers un(des) autre(s) état(s). Il peut aussi y avoir un état de fin de workflow, sans action ni transition.

Le workflow état machine est un des deux types fondamentaux avec le workflow séquentiel.

L’intérêt ?

Répondre à des problématiques particulières dans lesquelles la demande n’est pas au cœur du besoin. On parle parfois de Case Management.

Par exemple, vous souhaitez gérer les membres d’une équipe de sport avec 5 niveaux. Les membres doivent remplir un certain nombre de conditions pour passer au niveau suivant :

  • Au moins X séances de cours ;
  • au moins Y années de pratique ;
  • au moins Z victoires en match ;
  • et la validation du capitaine.

Où X, Y et Z sont des valeurs qui évoluent entre chaque niveau.

Ainsi, dans K2, on aura :

  • Un processus dit cycle de vie pour gérer un par un les membres de l’équipe ;
  • un processus par besoin de gestion (séance de cours, match…) ;
  • et un processus de passage de niveau.
StateMachine
De gauche à droite : le cycle de vie, un worklfow d’action et le processus de transition.
Comment faire dans K2 ?

Très simplement, réalisez les workflows comme n’importe quel worklow. Sauf que :

  1. Les client events de celui du cycle de vie sont attribués au compte de service K2. Pas besoin de s’embêter avec un formulaire !
    • pensez à enregistrer le Serial Number de la tâche dans le smartobject métier.
  2. Le processus de transition doit appeler la méthode action a task pour terminer la tâche courante ;
  3. Utiliser un statut pour conditionner les formulaires.
Pourquoi ça marche ?

La méthode action a task se base sur le Serial Number et sur l’acteur qui exécute l’appel au smartobject. Comme c’est le compte de service qui a la tâche et qui appelle la méthode, ça fonctionne !

C’est tout pour cette fois, Cheers !

benjamin

Technical Specialist @t K2 France ----- Twitter : @benjaminbertram ----- LinkedIn : Benjamin Bertram

2 réponses à “Tâche au compte de service K2 (1/3) : workflow state machine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *