ROI avec K2 – Partie 2 – Les bénéfices quantifiables

Nous parlions il y a 2 semaines des bénéfices qualitatifs liés à l’utilisation de la plateforme K2, bénéfices qui mènent inévitablement à des gains financiers, mais qui sont difficillement quantifiables. Or, lorsqu’on évoque un retour sur investissement, il est nécessaire de pouvoir présenter des chiffres sonnants et trébuchants. Cette semaine, nous allons donc nous concentrer sur les bénéfices quantitatifs que l’on peut escompter.

Je vous propose donc d’expliquer comment un tel calcul peut être réalisé en m’appuyant sur une étude menée par le Forrester, cabinet bien connu dans le monde des analystes.

Pour chiffrer un ROI, K2 a mandaté le Forrester afin d’établir une formule de calcul liée au déploiement de K2. La rapport complet du Forrester est disponible ici, et ci-après, un résumé.

Pour mettre en place cette formule, le Forrester s’est basé sur les interviews de plusieurs clients K2 de par le monde, utilisant la plateforme depuis plusieurs années, afin de disposer de chiffres divers et variés et d’en extraire des tendances. Dans chacun des cas, K2 est utilisé pour des processus métiers critiques remplaçant des systèmes inefficients basés sur du papier et une multitude de développements spécifiques complexes et silotés.

Les coûts pris en considération dans la formule sont les suivants :

  • Licences K2 et maintenance.
  • Formation, temps de montée en compétence et accompagnement éditeur sur la 1ère année d’implémentation.
  • Coûts d’implémentation des solutions K2 (coût du projet).
  • Coûts additionnels d’infrastructure et de MCO s’appuyant sur un hébergement on-premise de la plateforme K2 (K2 Cloud étant sorti après l’étude).

Les bénéfices quantifiables :

  • Réduction des coûts de développement (K2 permettant d’implémenter plus rapidement ses applications qu’en développement spécifique).
  • Utilisation de ressources internes plus économiques (K2 ne nécessitant pas des compétences techniques avancées).
  • Gains dans la gestion et le monitoring de ses processus (erreurs réduites, leur gestion est améliorée, leur debugging est simplifié, report du suivi et de l’administration vers les équipes métiers, impliquant moins d’aller/retour inter-équipes).

Le Forrester note également quelques bénéfices non quantifiables dont nous avons parlé dans l’article précédent de cette tribune.

Les chiffres d’investissement utilisés dans le rapport sont un peu biaisés, car ils s’appuient sur des clients qui ont commencé à investir 3 ans avant la sortie du rapport (qui est sorti il y a maintenant plus d’un an). Donc les calculs ne prennent pas en compte un éventuel investissement en mode cloud. Et la plateforme K2 évoluant rapidement et toujours dans un objectif d’accélération des temps de mise en place d’application, cela devrait aboutir aujourd’hui sur un ROI encore plus rapide. Cependant, contentons nous déjà de ces chiffres, voici comment se résume le résultat de l’étude sur un investissement de 3 ans :

Résultat Etude ROI Forrester
Résultat Etude ROI Forrester

Et joliment présenté dans le document “What Happens After Deploying K2’s BPA Platform” :

Infographie résultat Etude ROI Forrester
Infographie résultat Etude ROI Forrester

Vous pouvez accéder au rapport complet de cette étude “The Total Economic Impact of K2 blackpearl” (en ), ainsi qu’aux webcasts des webinars menés par le Forrester sur le sujet.
Vos interlocuteurs K2 disposent également d’un accès à l’application permettant de calculer un ROI personnalisé en fonction de votre contexte. Donc n’hésitez pas à les contacter.

Happy K2ing!

jean

Directeur technique de K2 France depuis 2006 et passionné par les technologies, je travaille dans le monde du BPM et des applications métier depuis... que je travaille :). Vous pouvez également me suivre sur twitter, linkedin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.